Vosges : l'éthylotest anti-démarrage effectif en juin

Publié le Mardi 7 Mai 2019

Nous l'annoncions dans un reportage, fin avril, l'arrivée imminente des éthylotests anti-démarrage, bientôt généralisés partout en France. On le sait, l'Etat et la Justice font de la délinquance routière une priorité.

L'automobiliste contrôlé en situation d'alcoolémie pourra, sur décision préfectorale, conserver son permis s'il équipe son véhicule de ce dispositif.

Cet instrument mesure le taux d’alcool dans l’air expiré. Il est associé au système de démarrage d’un véhicule. Il empêche la mise en route du moteur si le taux d’alcool enregistré est supérieur à celui autorisé par la législation.

Et la Préfecture vient de l'annoncer, dans les Vosges, la mise en place de l’EAD devrait être effective dès le mois de juin. Elle a été présentée lors du Comité de Pilotage du Plan Départemental d’actions de Sécurité Routière (PDASR) 2019, présidé par Pierre ORY, Préfet des Vosges, en présence de Nicolas HEITZ, Procureur de la République, le 25 avril dernier.

Cette mesure ne s’appliquera pas pour les conducteurs qui :

_ refuseraient l’installation du dispositif ;
_ seraient contrôlés avec un taux supérieur à 1,8g/L de sang (0,9mg/L d’air expiré) ;
_ seraient l’auteur d’un accident corporel ;
_ cumuleraient au moment du contrôle, en plus d’une alcoolémie supérieure à celle autorisée par la législation, une autre infraction au code de la route (vitesse, usage de stupéfiants, téléphone…) ;
_ détiendraient moins de 7 points sur leur permis de conduire ;
_ seraient en état de récidive ou de réitération (conducteurs qui auraient eu une suspension de permis de conduire depuis moins de 5 ans ou ayant fait l’objet de contrôles positifs à l’alcool ou aux stupéfiants au cours des cinq dernières années) ;
_ seraient détenteur d’un permis de conduire étranger ;
_ ne seraient pas en mesure, lors du contrôle, de présenter leur permis de conduire.

Anthony Sap

 

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire