Et si on mangeait végétarien ce week-end ?

Publié le Mercredi 17 Janvier 2018

Le chef du restaurant In Extremis à Epinal relève le défi VegOresto les 19 et 20 janvier.

VegOresto, kesako ? C'est tout simplement un défi lancé aux restaurateurs qui consiste à imaginer un menu exempt de produits animaux et à le proposer le temps d'un repas. Une initiative impulsée par l'association de défense des animaux L214 déjà suivie par de nombreux chefs dans toute la France. Ce week-end, c'est au tour de Nicolas Grandclaude, patron d'In Extremis, qui affiche un bib gourmand au Michelin et deux toques au Gault et Millau, de cuisiner deux dîners totalement végétariens. Une opération qui séduit puisque les deux soirées sont déjà complètes. 

 

(photos : Nicolas Grandclaude, chef du restaurent spinalien In Extremis)

Depuis janvier 2015, plus de 450 chefs ont participé à l'opération VegOresto dans une quarantaine de villes à travers la France. L'annuaire VegOresto compte aujourd'hui près de 1 000 établissements dont une soixantaine dans le Grand Est. Tous ont signé la charte les engageant à proposer quotidiennement des alternatives végétales. 

Du végétal dans les assiettes des restaurants, pourquoi?

Pour des raisons éthiques, écologiques ou de santé, de plus en plus de consommateurs choisissent de diminuer leur consommation de produits d'origine animale. Avec VegOresto, ces nouveaux consommateurs peuvent aussi végétaliser leurs assiettes lorsqu'ils mangent à l'extérieur. Les nombreuses nouvelles gammes végétariennes et véganes qui fleurissent dans les grandes et moyennes surfaces sont la preuve qu'une transition alimentaire est en marche.

VegOresto, un défi qui devrait sans doute donner des idées à certains. Et il se pourrait même que l'on voit germer de nouvelles initiatives très bientôt dans la cité des images...

Anne DIDIER

 

 

 

 

 

 

 

 

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire