Sécheresse : des mesures de restriction d'eau dans les Vosges

Publié le Mardi 9 Juillet 2019

Le communiqué est tombé ce mardi en fin de matinée : « Le déficit pluviométrique global qui perdure a entraîné une baisse générale des débits de tous les cours d'eau dans les bassins versants de la Meuse, de la Moselle et de la Saône, dans les Vosges. Cette situation résulte en premier lieu des faibles hauteurs de pluie enregistrées dans les derniers mois. Dans l’ensemble du département, on constate en effet un assèchement des sols assez conséquent, tant en surface que, progressivement, en profondeur ».

Et c'est pour cette raison que le préfet des Vosges a réuni le Comité sécheresse ce lundi et dans la foulée, pris un arrêté limitant provisoirement certains usages de l'eau sur l'ensemble du département : 

_ l’interdiction du remplissage des piscines à usage privé d’une capacité supérieure à 1 mètre cube ;
_ l’interdiction de laver les véhicules sauf dans les stations professionnelles ;
_ l’interdiction de laver les voiries et les trottoirs, de nettoyer les terrasses et façades, sauf raison de salubrité publique ;
_ l’interdiction d’arroser les pelouses et les espaces verts publics ou privés ainsi que les terrains de sport, entre 9h à 20h ;
_ l’interdiction d’arroser les jardins potagers de 9h à 20h ; seul un arrosage manuel ou par récupération des eaux de toiture est autorisé ;
_ l’interdiction de remplir les plans d’eau, excepté pour les activités commerciales de type pisciculture.

Les spas aussi !

L’arrêté préfectoral vise également cette année un usage émergent dans les Vosges, celui des bains à remous, de type spa ou jacuzzi, qui sont de plus en plus présents dans les locations saisonnières touristiques et les hôtels. Il s’agit d’une catégorie de bassin collectif qui nécessite une déclaration auprès de la mairie, cette dernière devant transmettre la déclaration au Préfet en vue de la mise en place du contrôle sanitaire : « ces installations présentent des risques pour la santé des usagers (infections ORL, urinaires, ou respiratoires, légionellose, problèmes dermatologiques). Aussi, elles doivent être vidangées au moins tous les 7 à 15 jours, ce qui peut représenter des besoins mensuels de 5 à 10 m³ d’eau par bain, voire plus en fonction de la fréquentation ».

L’arrêté préfectoral « sécheresse » impose cette année que les exploitants de ces bains à remous demandent une autorisation à l’exploitant du réseau d’eau potable, ce dernier pouvant refuser.

L’ensemble de ces dispositions est applicable jusqu’au 30 août. Les contrevenants s’exposent à des amendes (1 500 euros, 3 000 euros pour les récidivistes).

Anthony Sap

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire