Santé : l'Ademat-h s'impatiente et demande des comptes

Publié le Jeudi 23 Décembre 2021

Il y a quelques jours, l'Ademat-h, l'association pour la défense, le maintien, l'amélioration de la maternité et de l'hôpital de Remiremont, réagissait à la situation de 2 cardiologues étrangers effectuant depuis 4 ans leur internat à Epinal et Remiremont, mais sous le coup d'une expulsion pour des problèmes administratifs, alors que l'Agence régionale de santé lançait un appel pour que tous les professionnels de santé disponibles viennent en renfort dans les hôpitaux de la région : « La crise sanitaire amène l’ARS a faire appel à des renforts de personnels dans cette période de fin d’année. C’est dans ce contexte que l’Ademat-h a été alertée par la menace qui pèse sur la situation de plusieurs médecins d’origine étrangère sans lesquels les services hospitaliers ne peuvent pas fonctionner correctement et tout particulièrement les services de cardiologie des hôpitaux vosgiens ».

De son côté, le préfet des Vosges, visiblement agacé par les commentaires qu'ont suscité cette affaire, avait tenu à nous préciser : « il n'y a aucune menace d'éloignement du territoire concernant ces 2 personnes originaires d'Afrique sub-saharienne. Il s'agit s'implement d'une question de reconnaissance de compétences et de leur capacité à produire un diagnostic et des soins. La vraie question porte sur des documents de concordance de diplômes qu'ils n'ont pas été en capacité de présenter. La qualité de leur travail au sein de l'hôpital n'est pas en cause. Quoi qu'il en soit, aucune OQT (obligation de quitter le territoire) n'a été prise à leur endroit ! ».

Mais depuis, l'Ademat-h s'impatiente et demande aujourd'hui des comptes : « La Préfecture a fait savoir à la presse son intention de ne pas demander l’expulsion et de chercher une solution plus humaine et bienveillante pour permettre à ces médecins étrangers de poursuivre leur activité indispensable aujourd’hui au bon fonctionnement des hôpitaux concernés et particulièrement celui de Remiremont. L’Ademat-h en a pris acte, mais constate qu’à ce jour, 20 décembre 2021, rien n’a réellement bougé. Un des 2 médecins cardiologues expérimentés ne peut déjà plus travailler et un remplaçant a été recruté pour quelques semaines pour pallier une absence qui risque de se prolonger. Si rien ne bouge, en janvier il n’y aura plus de remplaçant et le seul cardiologue africain encore en poste verra sans doute sa prolongation provisoire de séjour ne pas être renouvelée à son échéance prévue en mars. (...) Aussi l’Ademat-h souhaite-t-elle que les membres du Conseil de Surveillance de l’hôpital de Remiremont comme celui du CHED apportent un soutien sans aucune ambiguïté aux personnels qui ont alerté sur une situation gravissime et sollicite le pouvoir discrétionnaire du Préfet pour obtenir une prolongation des autorisations de séjour pour une durée couvrant au minimum celle prévue par les contrats de travail initiaux. C’est le désir des médecins qu’on a su utiliser et c’est une condition urgente et nécessaire pour ne pas prendre de risque supplémentaire de mise en danger des populations ».

Anthony Sap

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire