Quatre espèces animales dans les Vosges classées « nuisibles »

Publié le Jeudi 18 Juillet 2019

L'administration ne les appelle plus des « nuisibles ». Mais le ministère de l'écologie a publié un arrêté en date du 3 juillet 2019 qui fixe la liste, les périodes et les modalités de destruction des espèces susceptibles d'occasionner des dégâts.

Pour les Vosges, et pour la période triennale du 1er juillet 2019 au 30 juin 2022, sont classées dans ces espèces :

_ le renard, (qui peut toute l'année être piégé ou déterré avec ou sans chien, détruit par tir sur autorisation individuelle délivrée par le préfet sur des terrains consacrés à l'élevage avicole)
_ la fouine (peut être piégée toute l'année à moins de 250 mètres d'un bâtiment),
_ le corbeau freux et la corneille noire sont aussi inscrits dans cette liste.

Pour établir et valider cette liste, la préfecture des Vosges se base notamment sur l'avis du Conseil national de la chasse et de la faune sauvage.

Du côté des chasseurs

Le directeur de la Fédération départementale de la chasse, Philippe Lavit, joint au téléphone, rappelle que « cette liste repose sur des relevés, comptages de jour et de nuit entre autres sur le petit et le grand gibier. Il est également tenu compte des déclarations des agriculteurs ».

Philippe Lavit qui conseille vivement aux agriculteurs de faire remonter les dégâts constatés sur leur exploitation. Selon lui « le corbeau freux occasionne des dommages importants sur les semis de maïs, les populations des corbeaux freux mais aussi des corneilles noires explosent de manière générale, en témoigne, pour ces dernières, leur forte présence dans les villes ». 

Quant au renard, le directeur de la Fédération vosgienne de la chasse rappelle cette étude de l'ELIZ, (un syndicat mixte ouvert, établissement de lutte interdépartementale contre les zoonoses qui accompagne les collectivités), qui stipule qu'un renard sur deux en France est porteur d'une maladie grave transmissible à l'homme, l'échinococcose alvéolaire.
Et de conclure que ces quatre espèces animales n'ont pas, ou peu, de prédateurs. Face à une vision parfois faussée de la nature, idéalisée des animaux, les chasseurs veulent rester pragmatiques.

Du côté des associations

Un arrêté auquel s'oppose des associations de protection de la nature, l'association Oiseaux-Nature, sur son site internet, le fait savoir en ces termes « nous répétons encore une fois que nous émettons des doutes quant aux fameuses fiches de dégâts renvoyées en préfecture par les chasseurs/piégeurs et qui servent de base aux listes de classement « ex-nuisibles », ces éléments objectifs dont on nous parle. L’acharnement dont fait preuve l’administration pour entasser des éléments à charge concernant ces animaux sans tenir compte des bienfaits qu’ils nous apportent, ni des conditions épouvantables dans lesquels ces animaux sont « détruits » de jour comme de nuit, quelles que soient les conditions climatiques et sans limites, ne sont plus acceptables… »

Et l'association d'ajouter : « n’oublions pas que les tirs de renards et corbeaux hors périodes de chasse, comme l’autorise l’arrêté, permettent aux chasseurs de continuer leur saison de chasse après la fermeture. Le piégeage est une pratique cruelle ». Et Oiseaux-Nature de conclure sur le déni des autorités qui ne prennent pas en compte les alertes des associations, scientifiques et observateurs sur les menaces qui pèsent sur la biodiversité. Notamment dans notre département.

Nous avons également sollicité la préfecture des Vosges pour en savoir plus sur les informations retenues par l'Etat pour établir cette liste d'espèces animales pouvant occasionner des dommages, mais à l'heure où nous publions cet article, nous n'avons pas reçu de réponses.

Marie-Danièle Rogovitz

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire