Perte de 111 postes chez Nestlé Waters : la CGT assume

Publié le Lundi 25 Novembre 2019

Vendredi nous vous faisions part de la perte chez Nestlé Waters Vosges de 111 postes à temps plein dans les trois ans à venir, fruit d’un accord trouvé entre direction et syndicats. Précisés par le syndicat CGT, ci-dessous les détails de cet accord.

 

« Ces dernières années, Nestlé a accéléré ses stratégies pour augmenter ses bénéfices (…) Depuis les années 2000 à Vittel et Contrexéville, les restructurations s’enchaînent et l’effectif diminue d’année en année. Les départs de notre site s’additionnent mais pas les entrées, à cette allure en 2026, quatre salariés sur dix auront plus de 55 ans !
Malgré le discours alarmiste de la direction, la CGT rappelle que la situation économique et financière du site n’est pas aussi critique que Nestlé le laisse entendre car la marge opérationnelle de nos marques est toujours bénéficiaire, mais non conforme aux objectifs financiers du groupe. Néanmoins, selon elle, l’année 2019 précède encore une période difficile et il est impératif de revoir nos organisations et nos méthodes de travail rapidement.
Elle présente en juin le projet Vosges 2022, pour lequel il est nécessaire de revoir la classification de notre convention collective tout en négociant en parallèle un accord Gestion des emplois et du parcours professionnel, dans lequel elle souhaite intégrer un accompagnement de fin de carrière pour 111 salariés, sans aucun recrutement. (...) Un marathon de réunions s’enchaîne alors et les négociations sont finalement finalisées mi-novembre.

Après cinq mois de négociation très difficiles, les organisations syndicales ont obtenu, en ce qui concerne les aménagements de fin de carrière (pré-retraite) :
- un portage jusqu’à 48 mois pour bénéficier de la retraite à taux plein, le décloisonnement du nombre de départs en aménagement de fin de carrière et ainsi passer le nombre de départs potentiels de 111 à 141, dont deux en congé de mobilité, permettant ainsi aux salariés non impactés par le projet de restructuration de bénéficier du dispositif de pré-retraite, et ce, jusqu’à une retraite à taux plein même en cas de changement de législation.
- une allocation de 80 % du salaire brut pendant le portage, valorisation des points pénibilité pour le calcul de l’indemnité retraite, rachat jusqu’à quatre trimestre pour rentrer dans le dispositif, une prime pour compenser chaque mois non-porté à hauteur de 375 € bruts par mois en plus de l’indemnité de retraite.
- 30 recrutements potentiels afin de remplacer tout départ de salarié non impacté par le projet et le remplacement de chaque départ naturel dans le même emploi, et ce dans les trois mois suivants la date de sortie de l’effectif;
- une attention particulière pour les salariés rencontrant des difficultés et une garantie de n’effectuer aucun départ contraint pour inaptitude.

En ce qui concerne la classification / rémunération :
- garantie à 100% de la rémunération en cas d’impact du projet (salaire ou cycle de travail);
- pour les salariés changeant d’emploi, des augmentations du salaire de base de 1 % à 4 % selon l’évolution et une prime compensatoire pour les salariés qui se retrouveraient dans un emploi de classification inférieure.
- maintien dans un groupe fermé de tout salarié dont l’emploi serait impacté qui se verrait en difficultés.

Tout au long des négociations, la CGT a cherché à trouver un équilibre entre les salariés qui restaient dans l’entreprise et ceux qui souhaitent la quitter, tout en bénéficiant d’un dispositif sécurisé jusqu’à la retraite à taux plein. (…) Ce choix n’a pas été facile mais il est assumé et les élus CGT ne manqueront pas de suivre de très près les engagements de la direction.
La CGT, consciente des enjeux environnementaux qui pèsent sur le marché de l’eau, alerte les pouvoirs publics sur le besoin de réguler ce business basé sur l’exploitation d’une ressource naturelle. Par conséquence, on ne peut laisser la gestion totale de ce marché à la merci du capitalisme et notre syndicat demande aux pouvoirs publics de légiférer sur le sujet afin de trouver un équilibre entre bénéfices et responsabilité sociales envers les territoires.’’

 

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire