Ouest vosgien : la gestion de l'eau a mobilisé

Publié le Mardi 19 Février 2019

Les enjeux de la gestion de la nappe phréatique de l'ouest vosgien ont mobilisé. Après trois séances de concertation organisées par la CLE (Commission Locale de l'Eau), auxquelles 293 personnes ont participé les 13 décembre, 16 et 24 janvier derniers, plusieurs pistes se dessinent pour régler la problématique de l'eau potable à Vittel et ses environs.

Aujourd’hui, environ 3 millions de m3 d’eau sont prélevés annuellement dans la nappe des Grès du Trias Inférieur (GTI) dans le secteur de Vittel, alors que sa recharge naturelle est de 2 millions de m3. Il existe donc un déficit d’un million de m3 qu’il faut combler. Le conseil départemental dresse un premier bilan.

PRIORITÉ AUX HABITANTS

Selon un premier bilan des ateliers participatifs, un consensus se dégage sur plusieurs points. Les participants souhaitent donner la priorité de l’usage de l’eau aux habitants. Ils souhaitent une eau de qualité et en quantité. Quant à la provenance de l’eau : 82% n’y accordent pas d’importance. Et 64% des participants estiment qu’il faut avoir recours à une ressource de substitution. Une majorité se dégage donc en faveur de la création de possibles canalisations pour puiser l’eau dans un autre endroit de la nappe des GTI.

Différents scénarios 

1er scénario : le collectif Eau 88 donne la priorité de l'usage de l'eau aux habitants et envisage ainsi de transférer la totalité du captage de Nestlé vers une autre ressource. 57% des participants le jugent non acceptable contre 35% acceptable. Et même si 82% des participants estiment que ce scénario aurait un impact positif sur l’environnement, 60% jugent négativement son impact économique et social.

2ème scénario : celui de la CLE qui souhaite préserver la ressource en eau tout en prenant en compte les activités des industriels. 58% des participants estiment ce scénario acceptable contre 33% non acceptable mais avec quelques bémols. 36%  déplorent que la ise en place des canalisations engendrera des dégradations sur l’environnement.

3ème scénario : l'arrêt pur et simple de l’exploitation de la nappe par Nestlé. 61% des participants le jugent inacceptable.

La concertation s’achèvera officiellement le 20 février prochain. 

Anne Didier

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire