« Nous sommes dans une impasse ! » : la détresse des salariés en insertion du CASFC de Rambervillers

Publié le Mardi 15 Juin 2021

Leurs inquiétudes était clairement visibles… ce mardi en fin de journée, les 28 salariés en insertion du Centre d’activités sociales, familiales et culturelles (CASFC) de Rambervillers, accompagnés des cinq salariés encadrants permanents de la structure et de responsables de la CFDT Vosges, se sont rassemblés à proximité de leurs locaux pour dénoncer l’imbroglio administratif dans lequel ils baignent.
Après une tutelle administrative d’un an, il y a quelques semaines la Préfecture avait transféré la gestion de cette activité insertion du CASFC (lavage et repassage, entretien d'espaces verts, petits travaux de BTP, etc.) à une autre association, la Fédération médico-sociale (FMS). Sauf qu’après un recours du conseil d’administration du CASFC présidé par Guy Renard devant le tribunal administratif, ce dernier a jugé que la Préfecture n’était pas compétente pour décider d’un tel transfert.

Pas d’agrément, pas de fonds publics

Mardi dernier, le conseil d’administration du CASFC a donc repris la main… sauf qu’il n’a plus l’agrément pour le faire, un agrément ‘‘ateliers et chantiers d’insertion’’ indispensable pour obtenir les fonds publics qui pèsent lourd dans son budget de fonctionnement.
Depuis une semaine, la direction demande donc aux salariés, et selon eux de façon très véhémente, de travailler alors qu’ils n’ont pas de contrats de travail ni aucune garantie de rémunération. Quant aux encadrants, ils refusent d’engager leur responsabilité, risquant selon eux des sanctions pénales.

Reportage complet dans une prochaine édition de notre JT de 18 h.

Ludovic Bisilliat, photos Thierry Lasson

 

 

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire