Michelin Golbey : un réfugié afhgan embauché en contrat d’alternance

Publié le Jeudi 10 Mars 2022

C’est une actualité qui n’est pas du tout liée à la guerre en Ukraine mais elle s’en fait indéniablement l’écho… A l’usine Michelin de Golbey, Ghulamali Nouri, un réfugié afghan (photo ci-dessous), a été embauché en janvier dernier sous contrat de professionnalisation dans le secteur de la maintenance.

‘‘Une belle aventure humaine, est-il détaillé dans un communqué. Le groupe Michelin s’est engagé une seconde fois dans le programme Hope (espoir en anglais, mais ici acronyme de Hébergement orientation parcours vers l’emploi), réalisé en collaboration avec l’AFPA, organisme de formation continue.
En 2019, sur les 14 participants au niveau national, 7 ont été embauchés en CDI comme agent de maintenance dans différentes usines et 3 ont été accompagnés vers un retour à l’emploi. Un programme reconduit en décembre dernier 2021, avec 8 participants qui auront l’occasion de se former au cours des 18 prochains mois en contrat de professionnalisation.’’

A l’origine de ce programme, ce double constat : les difficultés de recrutement dans l’industrie (avec de nombreux postes non occupés) et le difficile accès par les réfugiés aux dispositifs de formation professionnelle de droit commun, notamment en raison de la barrière de la langue.

Pas de baisse d’activité pour l’instant à Golbey


En raison de la guerre en Ukraine et de ses conséquences tant en amont (approvisionnement) qu’en aval de la production (livraison chez les clients), le groupe Michelin a annoncé jeudi dernier une baisse d’activité dans certaines de ses usines. Ce n’est pour l’heure pas le cas dans celle de Golbey qui emploie quelques 430 salariés.
Le site vosgien de la multinationale est l’une des 11 tréfileries du groupe. Y sont produits les renforts métalliques qui forment le squelette des pneus, apportant résistance et rigidité.

Ludovic Bisilliat, avec communiqué

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire