Lorraine : Stop Cigéo demande l'abandon du projet de Bure, site vulnérable en cas d'attaque

Publié le Mardi 1 Mars 2022

Avec une situation internationale instable depuis l'invasion de l'Ukraine par les troupes russes, l'inquiétude de la coordination Stop Cigéo grandit. Celle qui regroupe des associations, collectifs et individus qui s'opposent au projet d'enfouissement de déchets nucléaires à Bure en Moselle, nous l'explique dans un communiqué : « Nous sommes confrontés à l'idée redoutable qu'une attaque sur le sol français visant une installation nucléaire n'est pas à exclure en cas de tension, d'autant plus que le territoire français est particulièrement exposé : 56 réacteurs répartis sur 18 centrales, des dizaines de sites de stockage et d'entreposage de déchets radioactifs, les usines de la filière du combustible nucléaire et celles des activités liées à l'armement, 20 000 transports ferroviaires et routiers par an... (...) Le climat d'incertitude doit bloquer instamment le lancement d'un projet comme Cigéo qui aggraverait considérablement la vulnérabilité du pays : nouvelles zones de risques en surface, impossibilité de mener sa construction dans de bonnes conditions, amplification de transports ferroviaires et routiers dangereux sur tout le territoire national. Un bombardement au-dessus des installations souterraines de Cigéo occasionneraient immanquablement des fissures dans la couche terrestre. Sans compter la possibilité d'une cyberattaque généralisée touchant le fonctionnement et la maintenance du site à distance ».

La coordination exige donc que le projet Cigéo soit entièrement abandonné et que ses financements soient redirigés vers la sécurisation des sites d'entreposages et stockages déjà existants. Elle précise enfin qu' « il est urgent, en France mais aussi en Europe, de prendre la décision politique d'arrêter l'industrie nucléaire, productrice de ces déchets ingérables, qui, en cas de guerre, augmente considérablement des risques déjà inouïs par temps de paix ».

Anthony Sap

Photo : illustration Pixabay

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire