Imagerie d'Épinal : le procureur demande qu'un mandataire judiciaire soit nommé

Publié le Mercredi 29 Janvier 2020

Revoir ci-dessus le reportage du 24 octobre.

Après une perquisition menée à l'Imagerie d'Épinal il y a un peu plus d'un mois, le procureur de la République spinalien, Nicolas Heitz, a saisi il y a quelques jours le tribunal de commerce afin de nommer un mandataire judiciaire pour redresser les finances de l'établissement ou procéder à sa liquidation.

Rappel des faits : l'été dernier, Hervé De Buyer, le principal actionnaire de l'Imagerie d'Épinal, entamait des procédures judiciaires à l'encontre des dirigeants actuels de l'établissement, les soupçonnant d'avoir mené l'entreprise au bord du gouffre financier et s'inquiétant pour la conservation des 9 000 pierres lithographiques, véritable patrimoine de la ville. L'homme d'affaires vosgien avait en effet injecté 900 000 euros dans l'Imagerie lors de son rachat en 2014 par Pacôme Vexlard et Christine Lorimy, afin de contribuer à sa relance économique.

Mais depuis, l'affaire dure, puisqu'en juillet l'examen du dossier était repoussé par le tribunal de commerce d'Épinal, le président s'étant désisté pour "raisons personnelles". Ensuite en octobre dernier, le tribunal de commerce spinalien rendait son délibéré, jugeant que l'Imagerie d'Épinal ne serait pas en péril.

Tandis que l'enquête pour abus de biens sociaux menée par le Service Régional de la Police Judiciaire de Nancy suit son cours et que l'Imagerie a été perquisitionnée il y a plus d'un mois, c'est donc cette fois le procureur de la République d'Épinal qui s'est emparé de l'affaire. Ce dernier a en effet envoyé une requête au tribunal de commerce d'Épinal pour demander la désignation d'un mandataire judiciaire. Une demande faite il y a neuf mois déjà par l'avocat spinalien d'Hervé De Buyer, Me Gérard Welzer, qui regrette que les procédures aient pris tant de temps. Contacté par téléphone, il nous a confié ce mercredi matin : « J'espère qu'il ne sera pas trop tard...».

Dans un communiqué adressé à la presse ce mercredi, le procureur a annoncé qu'une audience aura lieu le 25 février au tribunal de commerce d'Épinal. «Elle aura pour vocation de vérifier si ces sociétés spinaliennes se trouvent en état de cessation des paiements. Il appartiendra alors au tribunal de commerce de prendre une décision soit sur l'opportunité de faire diligenter une enquête visant à s'assurer de la réalité et de l'étendue des difficultés du groupe, soit d'ouvrir une procédure de redressement ou de liquidation judiciaire.»

Anaïs Gall

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire