Covid-19 : un retard difficile à rattraper pour les hôtels

Publié le Mardi 19 Mai 2020

100 000€, c'est le chiffre d'affaires qu'a perdu David Michel, gérant de l'hôtel Atrium à Golbey. Confinement oblige, aucune réservation n'a été faite entre le 17 mars et le 11 mai.

Même si rien n'empêchait de laisser les hôtels ouverts, il a tout de même préféré fermer ses portes quelques temps. Et à la réouverture, il n'y a pas foule sur le parking.

David Michel enregistre entre trois et cinq réservations par jour dans le meilleur des cas. Les années précédentes, ses 22 chambres étaient très demandées à cette période, ce qui l'amenait même à refuser de la clientèle. 

Pour Carl Blondiau, gérant de l'hôtel Quick Palace à Epinal, le constat est sans appel : la situation est difficile et l'année 2020 est « morte ».

Des témoignages à retrouver dans notre journal de mercredi, à partir de 18h.

Amélie Pérardot

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire