Candidature Fillon : les élus du Grand Est divisés

Publié le Samedi 4 Mars 2017

Après la déclaration de François Fillon de maintenir sa candidature à la présidentielle,de nombreux élus de son propre camp, Les Républicains, sortent de leur silence et se désolidarisent un peu plus chaque jour. Dans la région Grand Est, la députée européenne Nadine Morano (LR) s'est exprimée cette semaine et souhaite clairement que François Fillon se retire. "Fillon doit se sacrifier" selon l'élue de Toul.

Philippe Richert, le président LR de la région Grand Est, a réagi ce vendredi dans un communiqué : "Les propos extrêmement durs à l'égard du fonctionnement de la justice qu'il a pu tenir (...) ont choqué une partie de l'opinion publique, y compris dans notre camp. (...) Ses soutiens s'étiolent et la division menace désormais gravement l'unité de notre mouvement politique".

Et de conclure que "face au risque de voir la Droite et le Centre purement et simplement absents du second tour de la présidentielle, nous avons besoin d'un candidat qui  puisse sereinement témoigner de nos valeurs et de notre projet et rassembler l'ensemble des composantes de la Droite et du Centre."

Dans le département, si certains ont appelé au retrait de la candidature de François Fillon, comme David Valence, le maire (UDI) de Saint-Dié-des-Vosges, d'autres maintiennent leur soutien au candidat à la présidentielle. Michel Heinrich, le député-maire (LR) d'Epinal, en association avec la fédération vosgienne des Républicains organise un bus depuis la ville préfecture, pour se rendre à la manifestation de dimanche au Trocadéro à Paris. François Vannson, le président du Conseil départemental (LR) soutient également l'initiative. Combien seront-ils au départ d'Epinal ce dimanche à 8 h ? Nous y reviendrons dans notre journal de lundi.

A. DIDIER

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire