Affaire Grégory : le corbeau, originaire de Bretagne, tentait d'obtenir des renseignements sur ce dossier !

Publié le Mardi 3 Septembre 2019

Le 28 août dernier, la presse faisait écho d'un nouveau rebondissement dans l'affaire Grégory. Un nouveau corbeau avait en effet proféré des menaces par téléphone aux époux Jacob, les grands oncle et tante du petit Grégory. L'avocat de Marcel Jacob, Me Giuranna, avait alors immédiatement déposé plainte contre l'auteur de ces appels anonymes.

Ces appels plutôt menaçants, avaient été passés au domicile du couple, à Granges-Aumontzey les 11 et 15 août derniers, suscitant la peur de Jacqueline et Marcel Jacob. Par la suite, une plainte a alors été déposée par l'avocat de Marcel Jacob, Me Giuranna, auprès du procureur de la République, Nicolas Heitz, le 28 août. Ce dernier a immédiatement mobilisé le groupement de gendarmerie des Vosges pour diligenter des recherches afin de retrouver l'auteur de ces coups de fil. Très rapidement, un homme âgé de 60 ans résidant dans les Côtes-d'Armor en Bretagne a été identifié comme étant le corbeau. Entendu par les gendarmes sur place, il a avoué être à l'origine des appels, avant d'être relâché. Une perquisition menée à son domicile a révélé de nombreuses coupures de presses relatives à l'affaire ainsi qu'un ordinateur, saisi pour analyse. Le séxagénaire a indiqué qu'il suivait l'affaire du petit Grégory depuis ses débuts et s'était procuré le numéro des époux Jacob, ainsi que celui du frère de Marcel, René Jacob (qui a également reçu des appels sans porter plainte), sur internet. Lors de son audition, il a dit regretter "profondément" les faits et a expliqué qu'il cherchait à obtenir plus de renseignements sur le dossier mais assure qu'il n'avait pas l'intention de se rendre au domicile des Jacob.

Le procureur de la République assure avoir "sollicité la transmission de l'audition à la Brigade de Recherches de Saint-Dié-des-Vosges ainsi que l'envoi de l'ordinateur saisi pour exploitation par les enquêteurs des Vosges."

Ce sera suite à cette exploitation que le parquet envisagera les suites pénales à donner à cette enquête préliminaire.

Anaïs Gall

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire